Lorsque j’ai commencé à réfléchir à mon PVT en Nouvelle-Zélande, une question s’est rapidement dessiné dans mon esprit. Comment être zéro déchet en voyageant ? Surtout pour partir au moins un an avec son backpack sur le dos.
Je vous dévoile aujourd’hui les 10 indispensables zéro déchet pour partir en voyage que j’ai glissé dans mon sac :

  1. Un thermos
  2. Un tote bag
  3. Un sac à vrac
  4. Des pailles en inox
  5. Un shampoing solide
  6. Une brosse à dents à têtes rechargeables
  7. Un dentifrice solide
  8. Des cotons lavables
  9. Un oriculi
  10. Une cup menstruelle

L’avantage ? J’utilise déjà tous ces produits dans ma vie quotidienne ! Donc je n’ai pas besoin de les acheter spécialement pour partir en voyage. Je les utilisais déjà pour partir en vacances ou le temps d’un week-end en France.

Pourquoi être zéro déchet en voyage ?

Le zéro déchet au quotidien

Avant de vous expliquer en détail mes choix, posons-nous cette question ; Pourquoi se soucier de nos déchets plastique, que ce soit en voyage comme à la maison ?

Tout simplement car à ce jour nous produisons largement plus de déchet plastique que nous en recyclons.

« La production mondiale de matières plastiques a atteint un niveau record de 359 millions de tonnes en 2018, soit l’équivalent de 11,38 t par seconde ! » Extrait du site Planétoscope.

Diagrammes extraits du site European Data News Hub

S’il est nécessaire, et primordial de recycler le plastique déjà produit, il est urgent de réduire au maximum sa présence dans nos achats au quotidien. Cela peut paraître aux premiers abords compliqué car il faut repenser ses habitudes de consommation. Mais il est facile de trouver des astuces. Beaucoup de guides pour débutants en zéro déchet, ainsi que des livres sont disponibles facilement sur le net ou en magasins.

Il y a par exemple :
Le guide gratuit « Le zéro-déchet pour débutants paresseux (ou occupés) » d’Aline Gubri du blog Consommons Sainement.
Les 10 actions vers une vie plus slow, minimaliste et zéro déchet de Marie du blog Slow & Cute.
Les 15 gestes faciles pour une routine écolo zéro déchet de Natacha du blog Swaallow.

Une fois notre quotidien remit en question et nos habitudes changées, faire ses courses en mode zéro déchet est un jeu d’enfant. Vivre tous les jours en réduisant ses déchets devient plus simple.
Gardons encore une fois à l’esprit que nos achats sont de puissants votes. Je vous en avais déjà parlé dans mon article sur le marc de café mon exfoliant naturel préféré.

Choisir une marque plutôt qu’une autre est une action écologique et un message fort.

Le zéro déchet en voyage

Maintenant que nous avons pris de bonne habitudes à la maison, je ne sais pas vous, mais moi je ne souhaite pas les perdre parce que je voyage. Donc ! Lorsque j’ai préparé mon sac à dos pour partir en Nouvelle-Zélande, j’ai réfléchi à ce que je souhaitais prendre :

  • Qu’est ce qui me permettrait de réduire mes déchets pendant mon trajet ?
  • Comment réduire mes déchets une fois sur place ?
  • Quoi prendre pour éviter d’acheter du jetable et faire des économies ?

Car s’il est plutôt facile de prendre ses marques dans son cocon habituel, une fois que l’on en sort, on perd ses repères. Notre consommation change du tout au tout. Il est alors important de se préparer au mieux avant le départ. Cela permet de ne pas tomber dans une certaine facilité, qui entraine plus de déchets. En tout cas de les limiter autant que possible.

Parce que ne soyons pas hypocrite. Il est compliqué avec nos modes de vie d’arriver au 100 % zéro déchet. Même si nous les repensons, et les remettons en question chaque jour. Ils restent ancrés dans notre société. Donc à moins d’avoir un potager à la maison, de faire soi-même chaque repas, et de n’utiliser que des matières premières en vrac, il est fort probable de trouver un peu de plastique chez soi.

Je ne dis pas que le 100 % zéro déchet n’est pas atteignable. Mais le pourcentage de personnes qui réussissent par rapport à la population mondiale est très faible.

Mes indispensables zéro déchet en voyage dans mon sac à dos

1. Un thermos

Mon indispensable numéro UN ! Je suis une consommatrice de thés, tisanes et autres infusions. Il ne se passe pas un jour sans que je ne boive l’un des trois. Que ce soit au boulot, en vadrouille ou à la maison. De plus j’aime boire mon thé bien chaud. Il reste donc bien sagement dans mon thermos le temps que je le déguste.

Autre utilisation, je m’en sers aussi de gourde. Je suis de ces personnes qui, si elles n’ont pas un grand verre d’eau, une carafe ou que sais-je sous le nez pendant la journée, ne boivent pratiquement pas. Une fois mon thé fini, je le rince et le rempli d’eau. Alors en le trimbalant avec moi partout, je pense à m’hydrater régulièrement dans la journée.

Thermos Kamukka mon indispensable en voyage meeriwild

Disclamer ! La marque de mon thermos n’est pas éthique. Je ne la recommande donc pas forcément par rapport à d’autres marques qui sont engagées pour l’environnement.
Par contre le fait de l’utiliser au quotidien est zéro déchet.

Donc si vous en avez déjà un chez-vous qui est encore en bon état, inutile de le jeter. Acheter un produit que l’on a déjà pour avoir du neuf et opposé au raisonnement zéro déchet.

Avec votre thermos ou votre cup, dites adieu aux gobelets en plastiques, au cup jetables au café du coin, et même aux bouteilles en plastique !

2. Un tote bag

Tote bag Baya indispensables zéro déchet en voyage

Celui qui m’ait indispensable pour faire mes courses. Il me sert à éviter d’acheter des sacs plastiques. Je mets par exemple mes fruits et légumes en vrac directement dedans.
Je l’utilise aussi si j’ai des achats en magasin à faire. J’évite les sempiternels sacs avec logo.
Vous savez ceux qu’on prend à chaque magasin et qui une fois à la maison hiberneront des années dans un placard ? Ou partiront direct à la poubelle, au choix …

Troisième utilisation, en voyage il me sert de sac à main ! Plutôt que de prendre mon sac de randonnée de 20 litres pour aller me balader ou au restaurant, je prends mon tote bag. Alors certes il y a plus glamour. Plus « fashion ». Mais il fait très bien l’affaire. Croyez-moi, quand vous partez en voyage, – sauf si vous partez avec une remorque – le style on le met très vite au 15ᵉ plan. On priorise le polyvalent !

3. Des sacs à vrac en coton bio

On reste dans les courses, avec l’indispensable sac à vrac ! Pour le coup je ne suis parti qu’avec un seul sac car il m’a servi de « pochette » pour séparer mes affaires dans mon backpack pendant le trajet. Mais après coup, ce n’est pas ce qui prend le plus de place. J’aurais pu en prendre deux ou trois de plus. Ils resteront dans les cartons en attendant mon retour en France. Je ferai quelques ajustements dans mes affaires à ce moment-là.

On ne présente plus notre cher ami le sac à vrac. Super facile d’utilisation surtout lorsque vous avez sa tare écrite sur l’étiquette.

J’utilise aussi un sac à vrac miniature pour le thé en vrac. Il se passe aisément en machine avec le reste du linge. Cela me permet de doser mon thé moi-même et d’éviter d’utiliser trop souvent les sacs à usage unique dans les boites de thés.

ignacio-f-Eh0YnmtGwdA-unsplash sac à vrac indispensables zéro déchet en voyage

Je suis une accro des oléagineux en tout genre et j’aime en avoir a porté de main pendant mes randonnées. Quoi de plus simple de les acheter en vrac en magasin et de prendre directement le sac avec moi ? Sans passer par la case sac plastique, puis autre sac plastique avec fermeture ou une petite boîte qu’il me sera plus compliqué de ranger.

Plus d’excuses pour se mettre au vrac !

4. Des pailles en inox

Si pour certaines personnes c’est un gadget superflu, pour moi il n’était pas possible de partir en voyage sans ces pailles. Premièrement parce que je les avais. Et deuxièmement, car elles ont toujours une utilité !

Lorsque vous ne souhaitez pas boire directement au verre, à une bouteille, une cannette ou une coco fraîche par exemple. Ou que vous souhaitez boire un cocktail dans un bar. La façon la plus simple de le demander sans paille, est d’avoir la sienne sur soi et de la montrer. Plus de souci de traduction.
Et en plus d’un geste zéro déchet on a une barrière hygiénique !

Pailles la longue paille être zéro déchet en voyage meeriwild

Elles m’ont été d’un grand secours lorsque je suis restée alitée quasiment deux mois. Je n’ai pu manger pendant une longue période que des smoothies. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de boire un smoothie presque couché ? Ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique au monde croyez-moi !

Mes indispensables zéro déchet en voyage dans ma trousse de toilette

5. Un shampoing solide

L’un de mes indispensables zéro déchet en voyage numéro un dans ma trousse de toilette, le shampoing solide.
Pratique car il est petit, léger, et très compact. Un incontournable lorsqu’on voyage avec un sac et que chaque gramme compte. Mais tout aussi agréable dans une valise avec son faible encombrement. Un seul shampoing solide équivaux à de deux voir trois bouteilles. Il n’y aucun risque avec lui de retrouver votre trousse de toilette pleine de shampoing parce que la bouteille était mal fermée. Ou alors qu’elle n’a pas apprécié son voyage en bus avec vous assis dessus !

druydes shampoing solide douceur indispensables zéro déchet en voyage

Astuce ! N’hésitez pas à faire des tests avant de partir pour voir celui qui vous correspond. Beaucoup de marques en proposent. Si jamais il ne convient pas, pensez à le donner. Il pourra servir à quelqu’un et pourquoi pas convertir au zéro déchet ?

Mon shampoing Druydès, Douceur

6. Une brosse à dents à têtes rechargeables

Ah la brosse à dent … Comme le coton-tige, c’est l’un des plus gros déchets plastique de notre temps. Si on compte bien, une brosse à dents dure 3 mois. Ensuite, il faut la jeter et en prendre une neuve. Plastique ? Vous avez dit plastique ?
Plusieurs solutions existent pour ne pas générer autant de pollution plastique.

J’ai choisi de partir avec ma brosse à dents à tête changeable. J’ai emmené une boîte de plusieurs têtes. Cela prend peu de place et de poids. Je place l’ancienne tête dans la boîte au fur et à mesure que j’en prends une nouvelle. Comme ça une fois en France je pourrai la faire parvenir à la marque Lamazuna qui se charge ensuite de les faire correctement recycler. Je ne change pas le manche qui est en bioplastique – à base d’huile de ricin – et fabriqué en France.

7. Un dentifrice solide

Une fois de plus, un incontournable zéro déchet du voyageur ! Le dentifrice solide est comme son cousin le shampoing solide, petit, très compact et léger. Là encore aucun risque d’avoir du dentifrice partout parce que le tube s’est percé ! Un petit galet dure beaucoup plus longtemps que du dentifrice en tube.

Et parce qu’il y en a des TOUTES les sortes, il est impensable de ne pas découvrir celui qui vous fera passer du côté vert de la force. Faites tout de même attention à la composition. Solide ne veut pas forcément dire naturel. Hors – comme pour nos cheveux, et notre corps – privilégier le naturel pour la santé de notre bouche est essentiel.

Le mien vient de chez la marque Pachamamaï c’est le dentifrice Crystal .

Astuce ! Il est facile vu sa taille, de prendre une recharge avant de partir pour ne pas avoir à acheter un tube sur place pendant un voyage long court.

8. Des cotons lavables

Qui dit voyage dit parfois complexité de se laver ! Donc plutôt que d’utiliser des lingettes jetables polluantes +++ à tout va, ou des cotons – pas du tout bio ni écologiques – démaquillants jetables, je vous conseille les cotons lavables ! Il y en a des ronds, des carrés, des fins, des épais, des doubles face, des doubles matières … Il y en a pour TOUS les goûts !

Cotons lavables indispensables zéro déchet en voyage

Impossible de ne pas trouver son bonheur avec toutes les marques sur le marché à l’heure actuelle. Vous avez peut-être même un.e copin.e, un membre de votre famille ou une connaissance qui en fabrique. Demandez autour de vous !

Astuce ! Je les prélave avec un peu de savon – savon de Marseille, ou pour le corps par exemple – pour garder des cotons sans tâches à chaque sortie de machine.
Ils sont facilement lavables sans lave-linge en utilisant ce type de savon et de l’eau tiède.

9. Un oriculi

oriculi lamazuna indispensable zéro déchet en voyage meeriwild

Dites adieu aux coton-tiges, et bonjour à l’oriculi !

Vos oreilles vous diront merci de prendre soin d’elles grâce à ce petit bâtonnet en bambou. En tout cas les miennes revivent depuis que j’ai arrêté de les nettoyer avec des coton-tiges. Il faut savoir que le fait de pousser le cérumen vers l’intérieur du conduit auditif est très mauvais. En effet cela peut provoquer des bouchons, car il est de base naturellement évacué à l’extérieur de notre oreille.

Et le gros plus de l’oriculi ? Toute la famille peut l’utiliser ! Il suffit de le rincer et sécher entre deux usages. Et il est tout à fait possible d’apprendre aux plus petits à s’en servir, toujours sous la vigilance d’un adulte bien évidemment. On en achète donc un seul et une seule fois. Je vous laisse faire le calcul niveau économie financière. Il y a aussi une bonne différence d’encombrement dans la trousse de toilette avec un sac de coton-tiges jetables.

Surtout que depuis le 1er janvier 2020, je vous rappelle que les coton-tiges en plastique sont interdit à la vente !

Mon amie Justine du blog Whatwhat a fait un super article comparatif de coton-tige réutilisable où tout est très bien expliqué. Vous y trouverez aussi des solutions zéro déchet si l’oriculi ne trouve pas grâce à vos yeux.

Astuce ! Je viens récupérer le cérumen avec mon oriculi avec douceur. Je nettoie la tige au fur et à mesure sur un coton lavable que je mettrai à laver ensuite. Tout comme pour le coton-tige, il faut faire attention de ne pas aller trop profondément dans l’oreille ! Ça m’ait arrivé une fois, croyez-moi, on est super prudent ensuite …

10. Une cup menstruelle

Alors si jusque-là, tous mes indispensables zéro déchet en voyage étaient unisexe, celui-ci s’adresse aux femmes. Ou plutôt, à toute personne ayant des menstruations. J’ai nommé, la cup menstruelle !

  • Celle qui va vous sauver car plus besoin de courir au magasin du coin pour acheter une boite de tampons nocif pour votre santé au dernier moment.
  • Qui permet d’aller à la plage sans souci de fil qui dépasse.
  • Ou d’aller à la piscine barboter tranquillement sans penser qu’il va falloir se changer plus rapidement à cause l’eau.

Une cup peut être utilisée pendant une dizaine d’années car elle est en silicone médical. Je vous laisse faire le calcul par rapport à vos dépenses en protections périodiques mensuelles sachant qu’en moyenne elle coûte 15€.

Et je n’ai aucune gêne quand je la porte pendant mes randonnées ou lors de visites en ville pendant plusieurs heures. En voyage, elle simplifie grandement la vie quand on n’a pas un lavomatique pour nettoyer ses protections lavables.
Bref, c’est la parfaite alliée zéro déchet pour une personne menstruée qui voyage !

– Si vous portez un stérilet faites bien attention lors de son retrait. Je n’ai personnellement jamais eu le souci lorsque j’en portais un. Mais si on effectue mal la pression sur la cup lorsqu’on la retire, le stérilet peut venir avec l’aspiration. –

culotte menstruelle Elia indispensables zéro déchet en voyage

Astuce ! Je l’associe à mes culottes menstruelles pour la nuit afin d’éviter un choc toxique, ou quand j’ai la possibilité de les laver facilement.

D’ailleurs si tu veux tester la culotte Philomène de la marque Elia – ma préférée des trois que je possède – et avoir 10 % sur ta première commande tu peux utiliser mon lien de parrainage !

Que pensez-vous de mes 10 indispensables zéro déchet en voyage ?

Après cette liste, je suis sûre que vous ne trouvez plus le zéro déchet si compliqué à incorporer dans vos quotidien je me trompe ?
Alors quels sont VOS indispensables zéro déchet en voyage ? Je suis curieuse de savoir si nous avons les même ou s’ils sont très différents ! Dites-moi tout en commentaires, j’ai hâte de vous lire.

les 10 indispensables zéro déchet pour partir en voyage